Introduction

Chacune et chacun d’entre nous est familier avec la force de gravitation. C’est elle qui nous maintient sur la Terre, elle contre qui nous devons lutter chaque matin pour nous lever du lit, elle encore qui explique que nous nous fatiguons en gravissant un escalier ou une montagne. Elle fait aussi tomber les pommes des arbres, spectacle qui, selon la petite histoire, aurait donné à l’esprit affûté d’Isaac Newton l’idée de sa fameuse loi de la gravitation. Plus loin, dans l’espace, cette force d’attraction explique le grand ballet des planètes et des satellites du système solaire et de tous les mouvements des astres peuplant l’Univers. Sans elle, la Terre ne tournerait pas autour du Soleil et les galaxies n’existeraient pas. Elle agit sur toute la matière, à chaque instant, partout dans chaque recoin de l’Univers. Elle est universelle.

Mais la gravitation est aussi mystérieuse. Elle est au cœur de la théorie de la relativité générale développée par Albert Einstein dans les années 1910 et publiée en 1915. Selon cette théorie, l’espace et le temps forment une structure incurvée dont la géométrie se situe bien loin de notre expérience habituelle du monde. Dans les cas les plus extrêmes, la gravitation donne naissance à des objets aussi exotiques que les trous noirs, des corps dont aucun signal ne peut s’échapper. Elle est aussi à l’origine des ondes gravitationnelles, prédites il y a un siècle mais découvertes très récemment grâce à des détecteurs d’une très grande précision.

La gravité a une autre particularité: elle ne se comporte pas comme les autres forces de la nature que sont la force électromagnétique, l’interaction faible (responsable de la désintégration radioactive de certaines particules) et l’interaction forte (qui assure notamment la cohésion des noyaux atomiques). Jusqu’ici les théoriciens sont parvenus à unifier les trois dernières en une seule théorie (le modèle standard) mais, malgré près d’un siècle d’efforts et de recherches, ils n’ont pas encore réussi à développer les outils permettant d’y intégrer la gravitation. Pourtant, des liens existent entre ces forces. Le chercheur britannique Stephen Hawking en a d’ailleurs découvert quelques aspects.

Toutes ces facettes de la gravitation seront au cœur de l’édition 2018 du colloque Wright. Données tous les soirs de la semaine du 5 au 9 novembre 2018 à Uni Dufour, les conférences traiteront de thèmes tels que les missions interplanétaires comme celle qui a permis l’atterrissage d’une sonde sur la comète Churyumov-Gerasimenko, les trous noirs, les ondes gravitationnelles, l’énigmatique énergie sombre ainsi que les liens entre la gravitation et le monde quantique.

Les conférences seront en anglais ou en français avec une interprétation simultanée vers les deux langues. Elles seront suivies d’un débat, animé par Olivier Dessibourg, journaliste scientifique.

Tous les soirs, avant les conférences, les sciences scopes de l’UNIGE présenteront des animations qui illustrent, de manière simple et ludiques, différentes facettes de la gravitation : déformation de l’espace-temps, gravitropisme, lentille gravitationnelle et bien d’autres encore. Ces animations auront de 17h30 à 18h30 devant l’auditoire Piaget.

Spectacle son et lumières

ça gravite aux Bastions


Tous les soirs à 18h, 19h, 20h
Du 29 octobre au 21 novembre
Uni Bastions, côté parc

Editions précédentes

2016

La révolution génomique

2014

Les secrets du soleil

2012

Architecture moléculaire

2010

La révolution quantique

2008

Grandes épidémies: le retour ?

2006

[r]évolution climatique ?